dimanche 15 avril 2007

Qui est anxiogène?


Depuis des années, j'entends les opposants à l'extrême droite nous dire que ce parti attise les peurs et crée son électorat par ce procédé. Je ne leur donne pas tort.
Les mêmes, depuis des mois, utilisent principalement un axe de communication pour tenter de contrer Nicolas Sarkozy : ils le diabolisent, nous disent qu'il est anxiogène.

Autrement dit, ils utilisent le procédé qu'ils dénoncent...

2 commentaires:

Le posteur masqué (mais pas trop) a dit…

Je peux comprendre la démarche du respectable auteur de ce blog, mais il semble (ou il feint d') ignorer que tous ces procédés - extrapolations, exagérations, diabolisations, etc. - sont le b-a-ba de l'affrontement politique. On peut le regretter, surtout de la part de certains candidats qui prétendent "faire de la politique autrement", mais force est de constater que ça reste une règle du jeu fondamentale. Je viens d'entendre dans « Ripostes » sur FR5 que Ségolène Royal aurait ses chances en cas de 2ème tour face à Nicolas Sarkozy si (et peut-être seulement si) elle arrive à transformer ce face-à-face un référendum anti-Sarkozy. Et cette stratégie est bien sûr déjà à l'oeuvre. Que l'on juge l'attitude honorable ou non, la question est: a-t-elle vraiment le choix? Devant une droite aussi forte, ne pouvant rivaliser dans plusieurs domaines, elle joue l'arme ultime. C'est pas joli, certes.

Si elle avait quelqu’élégance, elle pourrait, à l'instar de Valmont alias J. Malkovich dans les Liaisons Dangereuses, s'excuser en brandissant un innocent "It's beyond my control".

le même, toujours un peu masqué a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.